jeudi 3 décembre 2015

Ce n'est qu'un Au-Revoir

Aujourd'hui nous avons accompagné Jacky jusqu'à sa dernière demeure et nous tenons à lui rendre hommage au travers de ces quelques lignes : 

A Jacky,
Un dernier souffle, de ce souffle qu'il avait tant de mal à maîtriser, et puis Jacky s'est endormi et s'en est allé tout doucement, fidèle à son image, vers le pays d'Eternité.
Parti  trop jeune, à soixante quatorze ans, il n'aura pas profité longtemps de son statut de grand-père [...]
Ces dernières années, toute tâche lui était devenue pénible à accomplir.
Il aimait, depuis le balcon de sa maison, admirer les nappes de brumes matinales sur la saligue ou bien encore profiter de la très belle vue des Pyrénées, bleutées et ensoleillées ou blanches  comme une mariée, suivant la saison.
Il y aura toujours des brumes sur le gave et des Pyrénées bleutées ou enneigées mais Jacky, lui, ne les verra plus.
Les palombes continueront de passer suivant le cycle éternel mais ses yeux ne se tourneront plus vers le ciel pour les regarder.
Il n'observera plus les parties de pétanque des amis du club ni ne participera aux parties de belote.
Bien que, de par sa formation, technicien de haut niveau appelé à de hautes responsabilités dans sa vie professionnelle, il était un homme proche de la nature, un paysan dans toute l'acception du terme.
La chasse avait été  son occupation favorite mais il savait aussi sortir rien que pour se promener et observer la flore et la faune de la Saligue qu'il aimait tant. Grand observateur, il savait reconnaître sans se tromper les traces de tel ou tel animal.
Nous ne sommes pas nombreux à savoir qu'il était capable de rédiger avec bonheur ou revisiter, à sa manière des fables de La Fontaine mais ce talent-là, il était trop modeste pour oser le dévoiler.
L'informatique aussi avait une place privilégiée dans sa vie. Nous pensons ne pas trop nous avancer en affirmant qu'il était aimé de tous au club d'Aussevielle-Info.  Il aimait faire partager à ses amis les trouvailles humoristiques ou d'informations sérieuses qu'il dénichait sur la toile.
Son esprit de famille et le respect des personnes et des convenances le caractérisaient. Il va beaucoup nous manquer, il nous manque déjà.
Que Maryse, qui l'a accompagné dans toutes ses heures de souffrance, qui l'a aidé par son attitude toujours positive l'amenant même à rire de son propre mal trouve, au club, l'amitié et la compassion qu'elle mérite. Nos pensées vont aussi à ses enfants Martine et Christian.

Ce ne sont que des mots mais ils sont sincères. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire